Pages

23/01/2012

Imerys emballe le marché

Malgré la conjoncture économique, le leader mondial de la production et de la transformation des minéraux industriels, affiche des ventes annuelles record.




Crise de la dette, menace de récession en zone euro, crise de confiance interbancaire faisant planer le spectre d’un « credit crunch »... L’environnement économique est peu porteur depuis plusieurs mois. Pourtant, dans la morosité ambiante, certaines sociétés ont réussi le tour de force de réaliser une année exceptionnelle. C'est le cas d' Imerys.

Le spécialiste de la transformation des minéraux industriels a annoncé que son chiffre d'affaires provisoire est « supérieur à 3 650 millions d’euros » en 2011. Soit une croissance de près de 10% par rapport à 2010 et un record en terme d’activité. Mieux, bien qu’exposé à plusieurs marchés considérés comme cycliques (sidérurgie, construction, publicité…) et donc fortement corrélés à la conjoncture économique, le groupe a confirmé son objectif de croissance de plus de 20% du résultat courant net supérieure à sur 2011.

Ces déclarations ne sont pas passées inaperçues. Le titre, qui se négocie 9 fois les bénéfices estimés pour 2012 par le consensus Factset a grimpé de 4,37 %ce jeudi. Depuis le début de l’année, sa progression atteint 10,97% après une chute de 29% en 2011.

Autre facteur haussier, la présentation du plan stratégique "Ambition 2012-2016". Au cours des cinq prochaines années, le spécialiste des minéraux industriels et matériaux de construction entend enregistrer une croissance organique supérieure à celle du produit intérieur brut mondial. A l'horizon 2016, le groupe prévoit ainsi de réaliser un chiffre d'affaires additionnel de près de 700 millions d'euros en produits nouveaux.

Pour ce faire, le groupe va donner la priorité à son développement dans les pays émergents où il réalise actuellement près de 27% de son chiffre d'affaires. "L'Inde, la Chine et le Brésil, qui génèrent à eux trois plus de 400 millions d'euros d'activité, sont des pays appelés à jouer un rôle moteur dans cette stratégie qui conjuguera croissance interne, acquisitions et partenariats", souligne le groupe.

Par ailleurs, il prévoit de procéder à des acquisitions ciblées dans le domaine des produits de spécialité à base de minéraux, qui devront répondre à son critère de retour sur investissement : un taux de rentabilité interne supérieur à 15% pour ses projets de développement internes et externes.
Source La Tribune Copyright Reuters

Aucun commentaire: